Vous avez un Enki Bilal (1951) ?

Votre estimation en 24H

Enki Bilal (1951)

Philobinfo
La dernière vente
95 573 €

Coup de sang, Acrylique sur carton

La cote
https://www.philob.com/wp-content/uploads/2021/09/Groupe-424.png
Peinture :
de 7 000 à 150 000 €
Dessin :
de 30 à 172 000 €
Estampe :
de 20 à 5 000 €
Philobaba
Un besoin d'estimation ?

Vous possédez un Enki Bilal et souhaitez en connaître le prix ? La communauté d’expertise Philob, constituée de spécialistes de renom, vous l’estiment gratuitement. Une fois sa valeur déterminée et son authenticité confirmée, Philob vous propose des solutions de vente simples, fiables et sécurisées afin d’en tirer le meilleur prix sur le marché international.

Philobitude
Enki Bilal, de son vrai nom Enes Bilalović, est un artiste français d'origine yougoslave, né le 7 octobre 1951 à Belgrade, en Serbie.
https://www.philob.com/wp-content/uploads/2021/12/Bilal_portrait-1.jpeg
Il est principalement reconnu pour son travail dans le domaine de la bande dessinée, de l'illustration, du cinéma et de la science-fiction.

Sa carrière artistique prolifique et son influence sur le monde de la bande dessinée en ont fait une figure majeure de la bande dessinée européenne contemporaine. 

  

Enki Bilal est né dans une famille d’origine bosniaque et croate. En 1961, sa famille a fui la Yougoslavie communiste pour s’installer à Paris, en France. C’est là-bas qu’il a découvert sa passion pour la bande dessinée et l’art. Il a fréquenté l’École des Beaux-Arts de Paris, où il a étudié la peinture et la lithographie, et il a rapidement commencé à travailler comme dessinateur de presse et illustrateur. 

  

Il s’est fait connaître en tant que dessinateur dans le magazine « Pilote », où il a créé ses premières bandes dessinées dans les années 1970. Sa série « Le Bol maudit » a marqué le début de sa carrière dans la bande dessinée, mais c’est avec « La Trilogie Nikopol » qu’il a véritablement acquis une renommée internationale. Cette trilogie, composée des albums « La Foire aux Immortels » (1980), « La Femme piège » (1986) et « Froid Équateur » (1992), mêle habilement science-fiction, politique, et un style de dessin réaliste et sombre. Cette série a établi Bilal comme l’un des auteurs de bande dessinée les plus innovants et visionnaires de son époque. 

  

Au-delà de ses talents en bande dessinée, Enki Bilal a également travaillé dans le domaine du cinéma. En 2004, il a réalisé son premier long métrage, « Bunker Palace Hôtel », basé sur sa propre bande dessinée. Il a également contribué à la réalisation d’autres films, notamment en tant que scénariste et concepteur visuel. 

  

L’œuvre d’Enki Bilal est caractérisée par des thèmes récurrents tels que la dystopie, la politique, la technologie et l’identité. Ses personnages complexes évoluent dans des mondes sombres et futuristes, et son art mélange réalisme et éléments surréalistes, créant ainsi un style distinctif et reconnaissable. 

  

En plus de ses contributions à la bande dessinée et au cinéma, Bilal est également un artiste plasticien. Ses œuvres ont été exposées dans de nombreuses galeries et musées à travers le monde, attestant de sa reconnaissance en tant qu’artiste polyvalent. 

  

Enki Bilal est largement considéré comme l’un des artistes les plus importants de la bande dessinée européenne, et son travail continue d’influencer de nombreux auteurs et artistes contemporains. Sa capacité à explorer des thèmes complexes tout en créant des œuvres visuellement captivantes a fait de lui une figure emblématique de la bande dessinée et de l’art en général, et son héritage perdure dans le monde de la culture populaire. 

Galerie photos