Vous avez un Gustave Caillebotte (1848-1894) ?

Votre estimation en 24h

Gustave Caillebotte (1848-1894)

Philobinfo
La dernière vente
128 000

Le rosier fleuri, huile sur toile

La cote
https://www.philob.com/wp-content/uploads/2021/09/Groupe-424.png
Peintures :
de 50.000 à 46.000.000 €
Dessins :
de 30.000 à 750.000 €
Philobaba
Un besoin d'estimation ?

Vous possédez un Gustave Caillebotte et souhaitez en connaître le prix ou faire estimer un tableau ? La communauté d’expertise Philob, constituée de spécialistes de renom, vous l’estiment gratuitement. Une fois sa valeur déterminée et son authenticité confirmée, Philob vous propose des solutions de vente simples, fiables et sécurisées afin d’en tirer le meilleur prix sur le marché international.

Jacinthe - huile de Gustave Caillebotte

Philobitude
Né en 1848 à Paris, Gustave Caillebotte est un peintre impressionniste dont l’œuvre, longtemps obérée par son aura de collectionneur et de mécène, bénéficie depuis plusieurs années d’un net regain d’intérêt critique et public.
https://www.philob.com/wp-content/uploads/2022/07/Portrait_caillebotte.jpg
Gustave Caillebotte passe une grande partie de son enfance dans la propriété familiale de Yerres que son père, industriel et homme d’affaires, a acquise en 1860. Cette maison, avec son jardin, ses allées verdoyantes et ses innombrables espèces de fleurs fascine et marque durablement le jeune Gustave.

Après avoir obtenu une licence de droit, brièvement interrompue par la guerre de 1870, Caillebotte voyage en Suède et en Norvège, puis en Italie aux côtés de ses deux frères et de son père. De ce voyage, il rapporte une toile, Une Route vers Naples, dont l’esthétique réaliste paraît déjà annoncer les principales caractéristiques de son œuvre.

En 1872, Caillebotte étudie auprès de Léon Bonnat et intègre l’année suivante les Beaux-Arts de Paris. Le jeune homme choisit de n’assister qu’aux séances dirigées par le peintre d’histoire Adolphe Yvon, grand pédagogue. Mais l’école est surtout pour lui l’occasion de rencontrer ses pairs et de nouer de belles et longues amitiés, en particulier avec Renoir, Degas et Monet.

Grâce à ces rencontres, Caillebotte participe en 1874 à la toute première exposition impressionniste, organisée chez le photographe Nadar. La même année, son père décède, lui laissant une fortune considérable. C’est cet important héritage qui lui servira notamment à soutenir jusqu’à sa mort l’activité de ses collègues impressionnistes. Ainsi l’ami Caillebotte paie-t-il régulièrement l’addition du groupe lorsque celui-ci se réunit au café Riche ou chez Guerbois à Paris. Ce soutien financier et moral indéfectible contribue sans nul doute à forger son image de mécène et de collectionneur, aux dépens certainement de celle dartiste à part entière. Pour l’anecdote, traumatisé par la mort prématurée de son frère René à l’âge de 25 ans, Caillebotte rédige son testament avant ses 30 ans ! Ses dernières volontés prévoient bien entendu des dons et legs destinés à assurer la pérennité de sa collection. Après 1874, l’artiste continue à organiser de nombreuses expositions permettant aux Impressionnistes de conquérir une belle visibilité sur la scène artistique contemporaine.

Mais Gustave Caillebotte ne délaisse jamais pour autant sa propre peinture ! Ses ressources financières lui permettent de se dresser contre les critiques sans craindre pour sa carrière, même lorsqu’il fait l’objet de caricatures très sévères dans l’influent journal Le Charivari. Pourquoi tant de désaccords, pour ne pas dire de désamour, autour de son travail ? D’abord parce que Gustave Caillebotte tire de ses affinités impressionnistes des sujets communs inspirés de la vie moderne, tout en refusant de s’adonner à la peinture d’histoire traditionnelle. Puis parce que le peintre transcrit ces thèmes avec une touche qui tend à l’objectivité, comme dans ses Raboteurs de Parquet. Refusée au Salon de 1875, cette toile classe Caillebotte parmi les réalistes, preuve de sa proximité avec les idées de Duranty, auteur du manifeste Une nouvelle peinture. Comme lui, Gustave Caillebotte choisit de mettre en avant la représentation sociale des sujets dans l’environnement au sein duquel ils évoluent. Ainsi, les raboteurs présentent-ils au public mécontent la vision inédite d’un travail ouvrier. Enfin, Gustave Caillebotte intègre cette approche réaliste jusque dans son propre monde : celui d’une bourgeoisie argentée et désœuvrée qu’il côtoie à Paris, Yerres ou à Gennevilliers. Personnage aux multiples facettes, Caillebotte s’essaie également à la photographie, à l’horticulture, à la philatélie et excelle particulièrement en voile. Au point de prendre la présidence du Cercle de la Voile de Paris, en parallèle au lancement de son propre chantier naval !

Caillebotte meurt en 1894, léguant à l’État la totalité de son œuvre ainsi que son immense collection impressionniste, d’abord refusée puis acceptée sous des conditions ayant provoqué de multiples rebondissements. Mais c’est une autre histoire !

Galerie photos
Allée villa de Gustave Caillebotte
Attelage - huile de Gustave Caillebotte
Etude de Gustave Caillebotte
Pont Europe de Gustave Caillebotte
Peinture de Gustave Caillebotte
Signature de Gustave Caillebotte
Jacinthe - huile de Gustave Caillebotte
Portrait de Gustave Caillebotte